Augmenter la résistance de mon organisme avec l’éleuthérocoque

La rentrée est passée, vous voilà dans le rythme jusque vos probables congés de décembre. Ces prochaines vacances vous paraissent loin et la fatigue commence peut-être à s’installer. 

Les jours raccourcissent et entament progressivement votre humeur et votre forme physique. C’est le moment idéal pour faire une cure d’éleuthérocoque. Une plante adaptogène qui saura vous redonner un coup de fouet pour tenir d’ici la fin de l’année.

Nom latin : Vinca minor

Famille : L

Noms communs : Pervenche, petite pervenche, pervenche de
Madagascar

Partie utilisée : feuilles

Principes actifs majeurs : vincamine (alcaloïde) dont la
vinpocétine

Forme d’usage : tisane, extrait de plante standardisée, gélule

Propriétés majeurs : mémoactive, micro-circulatoire cérébrale, neuroprotective

L’Éleuthérocoque est un buisson épineux et robuste qui pousse en Russie, Sibérie, Chine, Japon et Corée. C’est une plante utilisée depuis fort longtemps par la médecine traditionnelle Chinoise. Elle s’est démocratisée depuis les années 1980 mais reste peu connue du grand public. Son nom, compliqué à prononcer font souvent employer le vocable « Ginseng de Sibérie », bien que ce n’en soit pas un, mais dont il partage des propriétés similaires.

LE CONCEPT DE  « PLANTE ADAPTOGENE  »

On définit souvent l’éleuthérocoque comme une plante adaptogène. Derrière ce mot dont on devine qu’elle aide à s’adapter, se cache un concept théorisé en 1950 par deux chercheurs Russes. Selon eux, cette propriété permet d’augmenter la résistance de l’organisme afin qu’il s’adapte mieux aux différents stress qu’il subit. Cette vertu est non spécifique, c’est-à-dire qu’elle améliore globalement toutes les fonctions du corps, en les régulant à la hausse ou à la baisse afin de les normaliser. Une adaptogène agit notamment sur les plans intellectuel, physique, immunitaire, physiologique et hormonal.

Il en existe plusieurs comme le Ginseng, la Maca, la Schizandra, la Rhodiola, l’Astragale, l’Ashwagandha et des champignons comme le Reishi et le Cordyceps.

On peut associer plusieurs adaptogènes ensemble pour une synergie, chacune aura malgré tout des spécificités. L’éleuthérocoque travaille l’endurance physique, intellectuelle et le soutien immunitaire et lymphatique.

Ces plantes peuvent être longues à agir, cependant ce n’est pas le cas de l’éleuthérocoque dont les effets sont généralement ressentis rapidement (dès 7 à 10 jours). Néanmoins, pour qu’ils soient plus durables, il est intéressant de le prendre sur des durées plus longues que les classiques cures de 3 semaines par mois. Des cures de 6 à 8 semaines espacées de 10 jours sont judicieuses.

LA RECOMMANDATION DE L’ÉLEUTHÉROCOQUE EN HERBORISTERIE

C’est une plante que je recommande très régulièrement en boutique et une de celles que j’ai testé en premier quand j’étais encore étudiante. À l’époque, je la consommais en poudre tous les matins dans une compote pour m’aider dans le rythme de vie soutenu que j’avais : des études prenantes et sollicitantes intellectuellement, des jobs étudiants en soirées et le week-end, et pas vraiment de temps pour moi. L’éleuthérocoque m’avait alors bien aidé à être efficace et gérer mon quotidien avec forme, énergie et enthousiasme.

C’est donc assez naturellement que je le conseille à tous les étudiants stressés, surmenés, fatigués. Pour renforcer son action, je peux compléter avec de la rhodiola pour une meilleure humeur et plus d’optimisme dans ses capacités de réussite et la fleur de Bach Olive, qui travaille à des niveaux plus subtils, contre la fatigue physique et émotionnelle.

Je l’indique aussi aux adultes qui opèrent des reconversions professionnelles, se remettent dans les études et ont du mal dans leur concentration et leur apprentissage.

Pour une trilogie performante, j’y adjoins des plantes ayurvédiques, issue de la médecine traditionnelle Indienne, comme la Centella asiatica et la Bacopa monnieri. Si je devais comparer le cerveau à un ordinateur, je dirais que la première joue le rôle de processeur, elle aide à faire des associations d’idées, à bien connecter les neurones. La deuxième agit comme disque dur, elle ancre dans les tiroirs à mémoire les données apprises.

Autre cas où je vais donner de l’éleuthérocoque, la convalescence. Que la personne soit jeune ou âgée, c’est une formidable plante de soutien pour rebâtir un système immunitaire correct et soutenir la vitalité. Quand les gens sont très immunodéprimés, je l’associe avec de l’Astragale ou de l’Échinacée et du Pollen frais (sous forme congelé, en boutique qui dispose d’un congélateur) ou ouvert (vendu en gouttes).

Les retours positifs sur l’éleuthérocoque sont très rapides.

En juin dernier, de nombreux futurs bacheliers ou leurs mamans sont arrivés pour demander des plantes à 3 semaines du bac. Tous ceux que j’ai pu revoir quelques temps plus tard, en ont ressenti les bienfaits sur le niveau de stress, l’efficacité de la concentration et l’énergie dès la première semaine.

Il est vrai que j’y associai volontiers un magnésium marin pour l’équilibre du système nerveux, une meilleure résistance à la fatigue et un sommeil plus réparateur, tant il est vrai que les stressés consomment énormément de magnésium.

Je finissais mon trio avec la Bacopa.

Au niveau alimentation, les bonnes graisses de type oméga 3 nourrissent le cerveau. Je recommandais de consommer régulièrement des sardines à l’huile d’olive, des maquereaux au naturel, des noix, des amandes, des noisettes non salées, de la mâche, des huiles d’assaisonnement de lin, cameline ou colza, surtout au dîner car c’est dans la nuit qu’on assimile encore mieux ces corps gras.

Côté aromathérapie, je conseillais de disposer un galet poreux sur le bureau avec quelques gouttes de laurier noble pour la symbolique de la victoire, de romarin à verbénone qui stimule la mémoire et de menthe poivrée dynamisante, pour se mettre en bonne disposition de révisions.

CE QU’EN DIT LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

Plus de 500 études scientifiques s’intéressent aux vertus de l’éleuthérocoque dont 200 sur l’humain. Elles mettent en évidence son efficacité sur l’endurance physique des sportifs, le renforcement des défenses immunitaires et la concentration intellectuelle.

À la dose de 800mg pendant 8 semaines, des hommes qui pratiquent le sport comme loisirs, ont vu leur endurance physique, leur fonction cardio-vasculaire et leur épargne du glycogène hépatique (réserve d’énergie de sucre stockée dans le foie) augmenter significativement.[1]

À la dose de 10ml 3 fois par jour durant 4 semaines, des personnes en bonne santé ont vu leur nombre de cellules immuno-compétentes notamment les lymphocytes T et les Natural Killers, nos cellules capables de lutter face à des cancérisations, augmenter drastiquement[2].

La consommation d’un extrait d’éleuthérocoque associé à la rhodiola et à la schizandra, deux autres adaptogènes, a permis à 40 femmes d’augmenter la précision, la vitesse et la concentration dans leur travail, minimisant ainsi leur taux d’erreurs dans les exercices cognitifs demandés [3].

Une méta-analyse suédoise [4] portant sur les adaptogènes concluait à propos de l’éleuthérocoque que le niveau de preuve scientifique était bon quant à l’augmentation de l’endurance physique et mentale, de l’attention, des performances intellectuelles chez des sujets affaiblis et fatigués. Ses effets bénéfiques sur la régulation du stress et de l’homéostasie (bon équilibre cellulaire) sont la conséquence de son action sur des médiateurs clés de la réponse au stress.

Moins connu, l’éleuthérocoque agit sur le système lymphatique et réduit les œdèmes dès la deuxième heure suivant son ingestion[5].

Aucun effet secondaire n’a été enregistré dans chacune de ces études.

COMMENT L’UTILISER ?

Les cures d’éleuthérocoques se font sur une durée de 8 semaines, à renouveler si besoin après une fenêtre thérapeutique de 10 jours, sans danger sur du long terme.

En décoction : 2 cuillères à café de racines pour 50 cl d’eau froide dans une casserole, amener à ébullition et laisser bouillir 5 minutes puis retirer du feu, couvrir et laisser infuser 10 minutes. Filtrer et boire une tasse de 25cl au petit-déjeuner et une tasse en début d’après-midi, chaude ou froide. Vous pouvez aromatiser d’une pincée de gingembre, cannelle, thym citron ou romarin.

[1] Chin J Physiol. Avril 2010

The effect of eight weeks of supplementation with Eleutherococcus senticosus on endurance capacity and metabolism in human. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21793317

[2] Nutr Res. Juillet 2016

Antiedema effects of Siberian ginseng in humans and its molecular mechanism of lymphatic vascular function in vitro. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27333960

[3] Phytomedicine. Juin 2010

Double-blind, placebo-controlled, randomised study of single dose effects of ADAPT-232 on cognitive functions. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20374974

[4] Curr Clin Pharmacol. Septembre 2009

Evidence-based efficacy of adaptogens in fatigue, and molecular mechanisms related to their stress-protective activity.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19500070

[5] Nutr Res. Juillet 2016

Antiedema effects of Siberian ginseng in humans and its molécular and mechanism of lymphatic vascular function in vitro.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27333960

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *